EU STORIES BULGARIE

Interview d'Evgenia Kalinova

1. Selon vous, quels sont les évènements les plus marquants de l’histoire de votre pays ?

 

L’événement le plus important est, bien entendu, la création de l’État bulgare, qui a eu lieu il y a treize siècles. Ensuite, un autre événement capital a été ce qu’on appelle la « Libération », lorsque le pays s’émancipe de la domination ottomane, après l’insurrection bulgare d’avril 1876, et la guerre russo-turque de 1877-1878. Cela débouche, avec le Traité de San Stefano, sur une indépendance retrouvée et la création de la Grande Bulgarie. À cette date un sentiment national bulgare fort émerge. 

Enfin, les deux guerres mondiales qui ont eu énormément d’impact sur le pays, avec notamment la déclaration de guerre de l’Armée rouge à la Bulgarie en 1944, qui coïncide avec l’insurrection de communistes bulgares, qui renversent le gouvernement et mettent en place un régime en faveur de l’URSS. Le véritablement changement en Bulgarie s’est alors opéré en 1946, lorsque la monarchie est abolie suite à un referendum et que s’installe officiellement une « démocratie populaire ». Cet événement marque alors l’entrée durable de la Bulgarie dans l’ère soviétique. Le dernier grand événement majeur sera donc l’émancipation du régime communiste et le début de la transition en 1989, suite aux manifestations populaires et la chute de Todor Jivkov, l’ancien premier secrétaire du Parti communiste bulgare.

2. Selon vous, quels sont les personnages les plus importants de l’histoire de votre pays ?

 

Tout d’abord je pense qu’il faut citer le Tsar Boris III de Bulgarie qui a dirigé le pays de 1918 à 1943. Il était très populaire en Bulgarie et dans l’ensemble des Balkans. C’était un personnage pacifiste qui s’est opposé tant bien que mal à une collaboration militaire entre la Bulgarie et l’Allemagne nazie ainsi qu’aux politiques de déportation des juifs, en tentant de garder une position neutre.

Un autre personnage important, d’un autre bord politique, fut Georgi Mikhailov Dimitrov, qui en 1933, a été accusé d’avoir participé à l’incendie du Reichstag. Il a exposé son idéologie communiste contre le pouvoir grandissant d’Hitler. Il a influencé le mouvement communiste international. Il était très connu en Europe mais aussi en dehors de l’Europe, et c’était le secrétaire général de l’International communiste pendant 10 ans, de 1933 à 1943. Il avait donc une très haute position hiérarchique.

Dans l’histoire moderne, il faut bien sûr citer le dictateur communiste Todor Jivkov, qui a d’abord été Premier Ministre pendant les années 1960, puis président jusqu’à 1989. Il a eu une grande longévité au pouvoir dans l’Europe de l’Est. Il a été à l’origine d’un mouvement d’assimilation forcée des minorités musulmanes en Bulgarie nommé « processus de régénération nationale ».

Il y a également Alexandre Stamboliyski, leader de l’Union nationale agraire bulgare et le premier européen qui a diffusé cette idéologie. Il fut Premier ministre de 1919 à 1923, et instaura des réformes agraires massives avec le projet d’une dictature paysanne. Il fut assassiné après l’insurrection et le coup d’Etat bulgare de 1923.

 

3. Quels évènements de l’histoire européenne ont le plus affecté votre histoire nationale ?

 

L’invasion de l’empire ottoman a sans nul doute été le premier grand événement décisif pour l’histoire de la Bulgarie, avec un empire qui a duré près de cinq siècles, de 1396 à 1878. Les deux guerres mondiales ont également eu énormément d’impact sur notre histoire nationale.

Après la Première Guerre mondiale, la Bulgarie était battue et une grande partie de son territoire fut sous contrôle de ses voisins dans la région. Ce fut une catastrophe nationale en Bulgarie.

Après la Seconde Guerre mondiale, nous avons été laissés sous la domination soviétique. Cette décision ne fut pas prise par referendum en Bulgarie ; c’était juste le résultat d’un marché avec Staline. Comme la Grèce par exemple, la Bulgarie a été laissé dans la sphère de l’un des grands vainqueurs de la guerre. En 1989, quand le communisme est tombé au sein de l’Union Soviétique, il est tombé en Bulgarie également.

Ces évènements de l’histoire européenne ont donc directement marqué l’histoire bulgare.

4. Comment a évolué, dans l’histoire, la représentation de l’Europe que se font les habitants de votre pays ?

 

La Bulgarie fait partie intégrante de l’Europe. Notre état a été créé entre 681 et le IXème siècle. À cette époque, il n’y avait que 3 pays qui étaient clairement définit en Europe et la Bulgarie était l’un de ces 3 pays. Les deux autres étaient l’empire byzantin et l’empire de Charlemagne. C’est d’ailleurs le seul de ces 3 pays à avoir préservé son nom jusqu’à aujourd’hui. 

Nous sommes donc une partie de l’Europe et l’Europe a toujours fait partie de nous. Nous n’avons pas l’idée d’une Europe comme continent à part, comme quelque chose de géographiquement séparé de nous. Peut-être, en revanche que pendant cette période où nous faisions partie de l’Empire Ottoman, nous nous pensions moins européens…

5. Aujourd’hui, selon vous, quelle est l’image et le rôle de votre pays au sein de l’Union Européenne ?

 

Nous faisons partie de la dernière vague de pays intégrés pour l’élargissement de l’union européenne. Nous n’avons pas une place très importante dans l’Union. Cela peut d’abord s’expliquer par le fait que la Bulgarie reste le pays le plus pauvre de l’Union européenne, mais aussi parce que les Bulgares ne sont pas très satisfaits de notre adhésion, de ces sept années qui ont suivi notre rattachement officiel à l’Union européenne.

Au début, nous nourrissions beaucoup d’espoirs dans cette adhésion. Bien entendu, nous ne pensions pas devenir aussi riches que les pays d’Europe de l’Ouest, mais nous souhaitions simplement avoir un pays structuré et organisé, ainsi que la mise en œuvre des mêmes lois dans notre pays que celles des pays de l’Ouest. Mais les gens ont réalisé que faire partie de l’Union européenne n’impliquait pas automatiquement l’adoption de tous ces mécanismes.

En même temps, nous pouvons voir que les pays de l’Ouest ont leurs problèmes également, et qu’ils reproduisent même souvent nos propres problèmes. La corruption, par exemple, existe partout en Europe, mais les pays de l’Ouest continuent à la dénoncer seulement en Roumanie et en Bulgarie. Les droits de l’homme devraient s’appliquer pareillement et la citoyenneté européenne doit être vu de la même manière dans tous les pays d’Europe.

Tsar Boris III de Bulgarie
Georgi Mikhailov Dimitrov
Todor Jivkov
Alexandre Stamboliyski
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now