Evènements

Rechercher
  • theeustories

Étude de faisabilité sur l’enseignement de l’histoire

Mis à jour : 23 oct. 2018

Comment enseigne-t-on l’histoire en Europe ?

C’est à cette question très délicate que les équipes de EU stories ont essayé de répondre. Dans le cadre d’un partenariat avec l’association Pax Europa, nous nous sommes lancés dans cette initiative novatrice.


Il ne s’agit pas, ici, d’une étude méthodique et globale, mais bien d’une première approche pour comprendre les difficultés et les limites d’une comparaison de l’enseignement de l’histoire dans les pays de l’Union Européenne.


Nous avons finalement décidé de nous appuyer sur le témoignage des professeurs d’histoire. Ils ne sont que très rarement interrogés à grande échelle et ils bénéficient d’une expertise essentielle sur le sujet.

Programme, manuels ou professeurs?


L’idée initiale était de comparer les programmes scolaires, mais cela se révèle très compliqué. En effet, selon les pays, les programmes varient énormément. Dans certains cursus, l’histoire s’étudie selon des options très variées. Dans d’autres, il existe même des programmes différents selon les régions. Ces différences limitent considérablement l’analyse globale, car les données sont souvent impossibles à comparer.


Nous avons ensuite étudié les manuels scolaires sur lesquels s’appuient les professeurs d’histoire. Là encore, malgré les informations très intéressantes retirées, nous nous sommes heurtés à un inconvénient majeur : les manuels sont plus ou moins utilisés selon les pays. Par ailleurs, là où certains ministères de l’Éducation s’appuient sur un manuel de référence, d’autres pays permettent aux enseignants d’utiliser de nombreux ouvrages différents. Par ailleurs, l’Institut Georg Eckert (à Braunschweig en Allemagne) a déjà pour rôle d’étudier les manuels scolaires, notamment sur la question européenne.


Nous avons finalement décidé de nous appuyer sur le témoignage des professeurs d’histoire. Ils ne sont que très rarement interrogés à grande échelle et ils bénéficient d’une expertise essentielle sur le sujet. L’idée, ici, serait de construire une étude quantitative sur l’ensemble du continent, afin de comparer la manière dont l’histoire est enseignée et la manière dont les professeurs jugent leur situation nationale.


Cette première approche quantitative à l’échelle de la France est une première étape, qui doit conduire à un travail plus large sur la question de l’enseignement de l’histoire en Europe.




12 vues
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now